Incendie OVH : des onduleurs suspects selon Octave Klaba

par | 12 03 2021 | Cloud, Tendances

Le fondateur et président d’OVH s’est exprimé deux jours après l’incendie qui a ravagé le site strasbourgeois du cloud provider. Octave Klaba, coutumier des post-mortem, effectue dans une vidéo de huit minutes un point sur la situation et les moyens mis en oeuvre et livre quelques premiers éléments sur les raisons possibles du départ de feu. 

Si l’on peut adresser de nombreux reproches à OVH, il faut reconnaître que la langue de bois ne fait pas vraiment partie de la culture de l’entreprise. Octave Klaba, quoi que ses activités américaines l’aient quelque peu coupé de ces préoccupations techniques, est un habitué des post-mortem transparents lors d’incidents touchant ses datacentres. Et alors que les cendres du site alsacien d’OVH sont encore fumantes, le fondateur de l’entreprise a sorti la caméra pour livrer de premiers éléments sur cet incendie. 

C’est tout Strasbourg 2 qui est parti en fumée. Plusieurs salles de Strasbourg 1 ont également été touchées par l’incendie, nous apprend le fondateur d’OVH. Le reste des sites strasbourgeois du fournisseur français sont à l’arrêt mais “Michel [Paulin] et les équipes sont en train de travailler d’arrache-pied pour remettre ces trois datacentres en route“. Octave Klaba prévoit que les salles soient de nouveau opérantes dans “le courant de la semaine prochaine“. 

Alerte incendie

En parallèle, OVH procède à l’inventaire de “tous les clients” et de leurs services afin de pouvoir récupérer autant que faire se peut les backups et les données primaires. Avec une communication sur la situation de chacun dans 48h. En attendant, les clients impactés, soit plus de 3,6 millions de sites, sont reportés vers les autres datacentres d’OVH. Lequel a livré depuis l’incendie 2000 serveurs et en compte encore un millier en attente de livraison. En résumé, la licorne française du cloud met les bouchées doubles pour assurer le service après la perte d’un datacentre entier. 

Le site de Strasbourg 2 a été construit en 2011, sous la forme d’une tour auto-ventilée, pour des questions de protection de l’environnement et de réduction de la consommation d’énergie, souligne Octave Klaba. Une conception datée qu’OVH a changé dès 2015. Cependant, ce n’est peut-être pas le design du datacentre qui est en cause dans l’incendie qui l’a ravagé dans la nuit du 9 au 10 mars. Sur les raisons de cet incendie, “c’est encore très flou” explique le président d’OVH. “Ce qu’on sait aujourd’hui, c’est qu’à 00h47, nous avons eu les alertes des systèmes anti-incendie”. 

Des onduleurs à l’origine du départ de feu

Les techniciens qui étaient sur place et le gardien de sécurité sont intervenus en quelques dizaines de secondes sur les différentes salles où il y avait les alertes, et ils ont vu énormément de fumée immédiatement. Une fumée noire”, précise le président d’OVH. 

Au bout d’une ou deux minutes, ils ont pris la décision de sortir du datacentre parce que c’était devenu trop dangereux de rester à l’intérieur”. 

Lors de leur intervention, les caméras thermiques des pompiers ont filmé deux équipements en feu, en l’occurrence deux onduleurs, environ une quinzaine de minutes après les alertes. 

Sur l’un de ces deux onduleurs, nous avons eu des interventions de la maintenance” indique Octave Klaba. Sur l’un d’entre eux, “le technicien a changé des pièces à l’intérieur dans la matinée” avant l’incendie. Pour autant “dans l’après-midi tout semblait  bien fonctionner“. C’est désormais un long travail d’enquête qui démarre, avec l’extraction et l’analyse des vidéos des quelque 300 caméras dans Strasbourg 3. Une analyse dont OVH compte tirer les leçons pour éviter que ce genre d’accidents se reproduise. Octave Klaba s’excuse par ailleurs “pour cette situation exceptionnelle” dont il promet qu’elle “n’arrivera plus jamais”. Il s’exprimera à nouveau la semaine prochaine pour communiquer de plus amples informations aussi bien sur la situation que sur l’enquête.

4 Commentaires

  1. Enderle

    Pas de langue de bois ? Je vous trouve fort complaisant.
    Nombreux sont les éléments actifs d’un Datacenter qui peuvent prendre feu (notamment les batteries des onduleurs). Ceci étant les vraies questions à se poser sont relatives au traitement du sinistre et aux processus de sécurité.
    Quid de la détection précoce anti incendie obligatoire dans un Datacenter ?
    Quid du système anti incendie mis en place (automatique ou pas ? Auquel cas lui aussi était défectueux. Par gouttelettes d’eau ou par gaz inerte ?).
    Quid des processus de sécurité ISO 27001 interdisant les matières inflammables (stockage de cartons par exemple) et mettant en place des consignes pour réagir de manière adaptée à ce type de situation.
    Quid de la classification des matériaux et des portes et cloisons coupe-feu ?
    Je pense que la vérité doit se faire entendre et que la complaisance à l’égard d’OVH qui représente une manne économique n’est pas de mise. Cette dernière ne sera qu’un feu de paille (veuillez me passer l’expression) si il s’avérait qu’OVH se permet de « bricoler » pour proposer des offres plus compétitives que ses concurrents.

    Réponse
    • stephane

      selon le JDN :
      Les datacenters de Strasbourg n’étaient pas dotés de solutions d’extinction comme dans d’autres centres de l’opérateur. Le modèle low cost d’OVH est déjà pointé du doigt par rapport à d’autres hébergeurs qui investissent dans des systèmes anti-incendies et des certifications plus exigeantes.

      Réponse
    • soungui

      Je suis d’accord avec toi ENDERLE. La charte d’adhésion d’OVH mentionne pourtant toutes ces garanties de détection précoces d’incendies et d’extinctions. Est-ce que STRASBOURG est low cost?

      Réponse
  2. paul

    on peut vraisemblablement se poser la question si dans leur datacenter, ils respectent les normes de sécurité les plus elementaires.

    comme la tendance est à la déreglementation la plus totale, j’ai du mal a croire qu’octave klaba puisse promettre que cette situation n’arrivera plus jamais

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À LIRE AUSSI…

Vos abonnements

  • Vous n'êtes pas connecté

Derniers commentaires

Plus d’infos sur…

Inscription Newsletter