5G : Free accusé à son tour

par | 22 01 2021 | 5g

Orange et SFR ont déjà été traînés en justice par une association de consommateurs qui reprochait aux deux opérateurs une communication mensongère sur la 5G. C’est désormais au tour de Free, qui se vante d’offrir “le plus grand réseau 5G en France”, de faire l’objet d’une plainte déposée par Familles Rurales. 

La guerre de la com’ est bien engagée sur le terrain de la 5G. Il y a peu, SFR et Orange étaient attaqués par la CLCV, qui leur reproche une information insuffisante et un flou quant à la couverture et aux débits. Une autre association de consommateurs, Familles Rurales, annonce à son tour avoir saisi la justice. La cible de sa plainte : Free Mobile, dont l’association considère que la communication autour de son réseau 5G pourrait être constitutive de pratiques commerciales trompeuses. “La communication portée par cet opérateur pose problème en ce qu’elle laisse croire aux consommateurs un gain de performance que toutes les fréquences « 5G » ne sont pas en mesure d’offrir à l’heure actuelle” écrit l’association.

Une question de communication

Pour Familles Rurales, cette plainte est également l’occasion d’en appeler au gouvernement. L’association rappelle que Cédric O avait en décembre appelé les opérateurs à faire preuve de responsabilité. Force est de constater, selon le collectif, que deux mois plus tard “les 4 opérateurs de réseaux ont été mis en demeure de revoir leur communication par au moins une association agréée de défense des consommateurs, une action en justice a été engagée contre 3 d’entre eux“. Et de constater que “l’autorégulation escomptée n’aura pas été au rendez-vous“.

Attention, ce ne sont pas les technologies utilisées par les opérateurs qui sont attaquées, mais bien leur communication. Car la fréquence majoritairement utilisée par Free, sur la bande 700 MHz, n’est pas la bande cœur de la 5G, et surtout ne permet pas seule les mêmes débits. Son avantage dans le cadre du déploiement du réseau 5G est une meilleure portée et une meilleure pénétration des bâtiments. Ce qui justifie la plainte de l’association, qui dénonce une communication qui “ne permet pas aux consommateurs de comprendre que toutes les 5G ne se valent pas, que chacune dispose de spécificités propres ayant une incidence sur les débits, la latence ou la pénétrabilité au sein des bâtiments“.

De la fausse 5G ?

Néanmoins, l’utilisation par Free de la fréquence 700 MHz ne constitue pas pour autant une “fausse” 5G comme l’insinue l’un de ses concurrents. Il faut d’abord rappeler que l’ANFR et l’Arcep elles-mêmes estiment cette bande de fréquence appropriée pour la 5G. Mais aussi que les fréquences basses représentent la majorité des sites exploités pour la 5G, notamment par Bouygues et SFR sur la bande 1800-2100 MHz. Tandis que sur la bande 3,5 GHz, fameuse fréquence cœur, Orange est en tête des déploiements avec 579 sites, suivi par Free avec 322 sites. SFR, 155 sites, et  Bouygues Télécom, 142 sites. Même l’utilisation de matériel 4G, lorsque mis à jour par voie logicielle pour être compatible 5G, ne saurait être qualifiée de “fausse 5G” : c’est une option justement prévue dans la norme préparée par le 3GPP. Sauf à considérer que seule la 5G standalone sera de la “vraie 5G”, auquel cas il faudrait encore attendre quelques années pour que la nouvelle génération de technologie mobile commence à être déployée. 

Lire à ce sujet la dernière édition de l’Observatoire du déploiement 5G de l’Arcep :

Données au 31/12/2020, publié le 14/01/2021

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À LIRE AUSSI…

Vos abonnements

  • Vous n'êtes pas connecté

Derniers commentaires

Plus d’infos sur…

Prochains événements

  1. DISRUPTIV’ SUMMIT

    4 mai - 5 mai
  2. FORUM INTERNATIONAL DE LA CYBERSÉCURITÉ

    8 juin - 10 juin
  3. READY FOR IT

    26 juin - 30 juin

Inscription Newsletter