Les métiers IT des data centres

par | 14 05 2021 | Dossiers

Les graves conséquences de l’incendie qui a frappé OHV ont rappelé le rôle clé que jouent les data centers dans l’écosystème IT. Ces sites emploient des câbleurs, des électriciens, des techniciens du froid et de la climatisation… mais aussi des informaticiens. Dédiés à des fonctions support, ils assurent l’exploitation de ressources informatiques pour des clients comme les acteurs du Cloud, les opérateurs télécom, mais aussi des banques ou des industriels. Tour d’horizon d’une profession méconnue, mais qui ne connaît pas la crise.

Plus de 3,6 millions de sites web indisponibles ! Telle est l’une des conséquences désastreuses de l’incendie qui a ravagé l’un des data centers d’OVHCloudn en début mars. Parmi les victimes : des collectivités territoriales, des médias, l’administration d’État (data.gouv.fr) et surtout des entreprises. Tous les secteurs d’activités ont été touchés, des transports (Cityscoot, Aéroport de Strasbourg) à la finance (TrustBank, Groupe Gorioux) en passant par l’immobilier (BEG Ingénierie). L’impact de cet incident «historique» a donc été considérable. Il a rappelé le rôle crucial que jouent les data centres dans la sphère IT. Pour les acteurs du secteur, c’est dans ces sites ultra-modernes, de plus en plus proches des salles blanches, que bât le cœur d’Internet. Mais qui travaille dans ces data centres ? Et surtout, quels postes sont accessibles aux professionnels de l’IT ?

Plusieurs centaines de personnes peuvent intervenir régulièrement dans un data centre, au niveau du bâtiment (électricité, climatisation…), des connexions, des baies de stockages, sans oublier bien entendu sur les serveurs, switch, routeurs, disques durs, commutateurs et autres équipements IT. Il y a tout d’abord les «bâtisseurs», qui s’occupent de la structure générale du centre de données. C’est le créneau de la société Jerlaure, spécialisée dans la conception de data centers depuis plus de 20 ans. « Nous intervenons notamment sur le bâti, l’alimentation électrique, la climatisation, la sécurité incendie, le contrôle d’accès, les baies informatiques vides, le câblage réseau et la connexion télécom », résume Jérôme Gremaud, directeur commercial et associé. Dans ce domaine, il y a peu de postes IT. « Nous employons surtout des ingénieurs en électricité et en génie climatique, que nous formons en interne.» C’est plutôt dans la phase suivante du cycle de vie d’un data centre, que l’on retrouve principalement des profils informatiques. Il s’agit de la phase d’exploitation du data center, qui intègre principalement l’installation et la maintenance des équipements, ainsi que la gestion d’incidents.

Les «yeux et les mains» des clients

L’exploitation des data centres repose en grande partie sur les épaules des «techniciens DC» ou «technicien support». Leur rôle et l’intitulé de leur poste varient selon les entreprises et l’organisation du data centre. Certains sont principalement chargés de tirer du câble et de «racker» des serveurs. D’autres sont affectés à des fonctions plus complexes de support client avec des astreintes en 24h/24, 7j/7 et 365j/an. C’est dans cette deuxième typologie de métiers que l’on retrouve des profils IT. « Ils sont les yeux et les mains de nos clients qui ne peuvent pas toujours intervenir sur les sites accueillant leurs équipements. Nos techniciens support sont donc en contact avec eux afin de répondre à leurs demandes », résume Fabrice Coquio, président d’Interxion France, qui opère dix centres de données dans l’Hexagone. Même son de cloches chez Equinix, autre grand acteur de ce secteur, qui dispose également de dix data centres en France : « 100% des équipements présents dans nos data centres sont la propriété de nos clients. Mais il faut des personnes sur place pour les installer et les maintenir, en réalisant ce que nous appelons les gestes de proximité. Ces “ techniciens opération client ” représentent la moitié de nos deux cents salariés en France », explique Nicolas Buono, Senior Director Operations France. Chez Telehouse, qui opère trois centres de données en France, on les appelle les «techniciens télecoms». « Ils sont au cœur de l’activité des data centres. C’est notamment grâce à eux que les services sont maintenus et développés, selon la demande des clients. Leur rôle est crucial », confie Véronique Maignan, DRH.

Le « MRS3 » d’Interxion, à Marseille, est situé sur une ancienne base allemande de sous-marins réhabilitée et transformée en data center. Un bâtiment « atypique quasiment indestructible »

En quoi consiste leur travail ? Encore une fois il y a des variantes d’une entreprise à une autre, mais dans les grandes lignes, ils sont chargés de répondre à la demande client. Les clients de data centre peuvent être issus de l’univers IT, comme les fournisseurs de services cloud ou les opérateurs télécom, mais également d’autres domaines d’activité comme le secteur bancaire ou l’industrie automobile. Il s’agit donc en général de grands comptes qui louent des espaces dans les data centres pour y installer leurs machines.

Lorsqu’ils veulent faire évoluer leurs ressources ou s’ils détectent un problème sur leurs équipements, il contacte les techniciens DC. Comme dans les services informatiques classiques, les techniciens reçoivent alors des «tickets» présentant la demande client. Les demandes de renforcement des ressources entraînent le déploiement de nouveaux équipements ou de nouvelles connexions. Le technicien va, par exemple, recevoir du matériel de la part du client, le déballer et l’installer. Les demandes d’intervention liées à des problèmes techniques entraînent quant à elle un diagnostic et des mesures de remédiation (reboot sur serveur, changement de disque dur, etc).

Pour pouvoir intervenir rapidement, les techniciens travaillent en général sur site, dans une salle dédiée ou «control room». Ils sont d’astreintes 24h/24 avec donc un système de roulement en trois huit. L’organisation diffère selon les entreprises, mais un même technicien va par exemple travailler une semaine le matin, puis une semaine l’après-midi et ensuite une semaine les nuits. Le jour ils sont en équipe, mais la nuit et les week-ends, ils sont le plus souvent seuls sur site. « Ils bénéficient de la réglementation de Protection du Travailleur Isolé (PTI) et, à ce titre, disposent notamment d’équipements spécifiques comme un téléphone PTI, qui envoie une alarme avec position GPS en cas de chute ou d’absence de mouvement », souligne Véronique Maignan chez Telehouse. Ces contraintes de travail en trois huit peuvent bien entendu être bloquantes pour certains profils comme de jeunes parents ou des personnes ayant des activités régulières de loisirs. « Nous avions un candidat qui était parfait, mais pratiquait un sport tous les week-ends. Le poste ne lui convenait donc pas », confie ainsi un acteur du secteur.

Toucher le concret de l’IT

Ce métier de technicien support est donc à la convergence de la relation client et du hardware. Il n’y a pas de programmation ou de manipulation d’applicatifs. Il faut être prêt à «mettre les mains dans le cambouis », expliquent les opérateurs de data centres. Mais cette dimension terrain serait un des attraits du métier. « C’est un poste où vous touchez le concret de l’IT », poursuit Nicolas Buono chez Equinix. C’est également un métier qui paye plutôt bien, du moins pour un poste «hardware». Le salaire fixe moyen tourne autour des 35000 euros par an, auquel s’ajoutent différentes primes, notamment des indemnités d’astreinte et de câblage, qui permettent d’atteindre les 40 à 45 000 euros.

Quelles sont les qualités requises pour exercer ce métier ? Les interventions de ces techniciens ayant de grandes conséquences sur le maintien de services, il faut de la rigueur et la minutie, indiquent tous les acteurs du secteur. « C’est le cas notamment au niveau du câblage en fibre optique, qui a pris le pas sur celui des connexions cuivre. Il nécessite beaucoup de minutie et de dextérité », précise Nicolas Buono. La fibre optique est ainsi plus fragile que la connectique cuivre, ce qui nécessite une manipulation plus attentionnée. Elle requiert également un très haut niveau de propreté. Les techniciens sont par exemple amenés à réaliser des inspections des connecteurs fibre optique avec des microscopes, pour éviter la moindre présence de poussière. Car cela pourrait réduire les performances de la connexion.

Le data centre BX1 d’Equinix à Bordeaux. Avec les exigences de propreté de la fibre optique, les data centers se rapprochent de plus en plus des salles blanches.

Toute opération doit être «scriptée»

Un technicien DC doit également être très ordonné afin de suivre des procédures sans commettre d’erreur. Car rien n’est laissé au hasard. Toute intervention est organisée en amont avec des étapes à suivre, à valider et à horodater. Une des grandes évolutions du métier est d’ailleurs de disposer de support mobile pour le suivi de ces procédures, accessibles aujourd’hui sur smartphones et tablettes. « Chaque geste est réfléchi et doit s’inscrire dans un mode opératoire spécifique. Le principe de base est que l’on ne peut pas réaliser une opération si elle n’est pas “scriptée”», précise-t-on chez Equinix. Pour le guider, le technicien DC reçoit notamment des consignes du responsable du data centre. « Je donne les schémas directeurs des déploiements d’équipements et j’industrialise les opérations. Mon rôle est de veiller à ce que les installations d’équipements soient faites dans les règles de l’art », résume Fabrice Paoloni, responsable de data centre pour Hardis Group. Cette société de conseil, ESN et éditeur de logiciels dispose de deux centres de données. Des prestataires externes peuvent également accompagner les techniciens DC dans leurs tâches. C’est le cas d’APL Data Center, premier cabinet de conseil et d’ingénierie spécialisé dans la conception et construction de data centers en France. « Nous travaillons pour Equinix, Interxion ou Telehouse en assistant les techniciens dans leurs gestes de proximité, notamment au niveau du câblage, mais aussi dans l’urbanisation du data centre », explique Frédéric Perrigault, directeur du département conseil et ingénierie IT.

Une bonne maîtrise de l’anglais

Autre qualité requise incontournable : parler anglais. Plus que de décrypter les documentations techniques, il s’agit ici de pouvoir échanger avec les clients. « Bon nombre de nos clients sont internationaux. Les échanges avec eux se font donc en anglais », explique Fabrice Coquio chez Interxion. « C’est une des difficultés que nous avons dans nos recrutements, car la maîtrise de cette langue est souvent insuffisante en France. Nous n’avons pas ce type de problème en Allemagne ou aux Pays-Bas, par exemple. C’est pour cela que nous formons tous nos techniciens à l’anglais. Près d’un tiers de notre budget formation est consacré à l’apprentissage de cette langue ».

Pour bien communiquer avec les clients, de bonnes qualités relationnelles sont également indispensables, précise l’ensemble des acteurs. « Il faut savoir écouter, poser les bonnes questions et garder son calme dans les situations de crise. La gestion du stress fait partie du métier », poursuit Fabrice Coquio. Selon les formules de prestations choisies par les clients, des délais de traitements d’incidents peuvent en effet être engagés contractuellement. Le technicien est alors amené à intervenir en « mode pompier » avec un timing à respecter. « Leur temps d’intervention dépend des SLA (Service Level Agreement) de nos clients », souligne Véronique Maignan.

Côté technique, les compétences requises sont, sans surprise : une bonne connaissance des infrastructures réseau et de télécommunication, ainsi que du fonctionnement des équipements informatiques. Dans sa fiche de poste « Technicien Datacenter », Hardis Group évoque : « la compréhension des schémas de câblage – le câblage et la mise en route des équipements IT – la CAO et la DAO – l’électricité basse tension – la méthode ITIL : Information Technology Infrastructure Library, approche qui regroupe un ensemble de bonnes pratiques du management du SI.»

Pas de formation spécifique

Mais les acteurs du secteur restent relativement ouverts en ce qui concerne les compétences techniques requises par les éventuels postulants. Car de toute façon ils vont s’occuper eux-mêmes de former leurs techniciens au domaine très particulier de l’exploitation des data centres. « Il n’existe pas réellement de diplôme ou de formation spécifique à ce métier. Nous recrutons donc des diplômées de BTS ou d’IUT ayant par exemple suivi des formations en télécom, administration réseau ou informatique, que nous formons ensuite en interne. S’ils ont une ou deux années d’expérience professionnelle, notamment en ESN, c’est un avantage », explique Véronique Maignan. Même son de cloches chez Equinix ou Interxion qui recrutent majoritairement des diplômés de BTS ou DUT.

Parmi les rares formations, figurent tout de même celles des « Plombiers du Numérique », une initiative visant à former des jeunes en insertion, sans diplôme ni expérience, aux nouveaux métiers des infrastructures numériques (lire encadré). Il s’agit cependant ici de techniciens très orientés câblage et rackage. Quelques entreprises proposent également des formations généralistes, de quelques jours, pour apprendre les fondamentaux du domaine des centres de donnée. C’est le cas de JLBdata, spécialisée dans le conseil, l’audit et la formation dans le domaine des data center. « J’interviens notamment à Télécom Paris –anciennement Télécom ParisTech – pour une formation de deux jours sur l’exploitation et le concept général de data center », confie Jérôme le Bourgeois, fondateur et président de JLBdata. Il dispense également une formation de quatre jours sur les infrastructures de data center chez Fast Lane France, organisme de formations international spécialisé dans les formations IT. « J’insiste notamment sur la dimension câblage qui est souvent sous-estimée mais demeure cruciale. Avec la fibre optique, le câblage est devenu un enjeu majeur car sa manipulation réclame plus de dextérité et une propreté irréprochable des connecteurs.»

Des développeurs et administrateurs réseau chez les hébergeurs

Equinix, Interxion et Telehouse sont spécialisés dans la colocation de data center neutre vis-à-vis des opérateurs télécom et des fournisseurs de Cloud. Si leurs collaborateurs représentent une large partie des effectifs travaillant dans les centres de données, d’autres acteurs se positionnent différemment sur le marché et ont recours à d’autres profils. C’est le cas bien entendu des hébergeurs spécialisés dans les infrastructures hébergées (IaaS provider), dont certains disposent de leurs propres centres de données. Ikoula possède par exemple deux data centres (Reims et Eppes) où il emploie des techniciens support. Mais comme il propose aussi des services d’infogérance, ses effectifs comptent également des administrateurs système, ingénieurs réseau et même des développeurs (lire l’encadré). « Nous recrutons sur la base de diplômes généralistes que nous complétons par de la formation interne, ainsi qu’éventuellement sur certaines certifications Cisco ou VMware. Les profils les plus difficiles à trouver sont des ingénieurs réseau avec une expérience en data center », indique Amandine Bruyère, responsable RH. Pour autant, ces postes IT sont plus apparentés à des métiers du Cloud qu’à des fonctions réellement spécifiques aux data centers. D’ailleurs, ils travaillent essentiellement dans des bureaux à distance et ne viennent que très occasionnellement dans les centres de données. En revanche, comme pour Equinix, Interxion et Telehouse, les techniciens support d’Ikoula travaillent sur site avec des astreintes 24/24.

Des métiers qui ne souffrent pas de la crise

Selon l’ensemble des acteurs, les recrutements se maintiennent à un haut niveau sur le marché des centres de données qui ne semble pas connaître la crise. Equinix, Interxion ou Telehouse affichent ainsi une croissance de chiffre d’affaires à deux chiffres. « Travailler dans les data centers est un métier d’avenir. La demande client ne cesse d’augmenter », souligne Véronique Maignan chez Telehouse. Une vision partagée par Fabrice Coquio, chez Interxion France : « En 2020 notre croissance était de 15%. Venir travailler dans un de nos data center est donc l’opportunité d’intégrer une entreprise solide sur un secteur porteur. Le télétravail participe de cette croissance. Par exemple, depuis le début de la crise sanitaire nous avons été très sollicités par les acteurs de la visioconférence, dont les flux de communication ont pu gagner jusqu’à 700% », souligne le dirigeant. Entre la digitalisation progressive de l’ensemble des secteurs d’activité et les nouvelles pratiques issues de la crise sanitaire, le secteur des data centers semble donc promis à un bel avenir. Y travailler est donc un gage de pérennité, insistent les acteurs du secteur, ce qui est aujourd’hui plutôt rare sur le marché de l’emploi.


«Nous allons vers de plus en plus d’automatisation et d’exploitation à distance»

Mickaël Schmit, Manager de la R & D Développement chez Ikoula

Après un bac pro SEN (Systèmes Électroniques Numériques option Audiovisuel Professionnel), Mickaël a pris le virage vers l’informatique en 2012, en intégrant l’université de Reims Champagne-Ardenne. Il y a obtenu un DUT informatique option administration système. En 2015, il rentre chez Ikoula en tant que stagiaire développeur pour travailler sur les applications web d’exploitation et de maintenance des data centres. Il a depuis gravi les échelons pour devenir Manager R & D Développement en 2020. « Nous développons des outils qui permettent d’automatiser la maintenance et l’amélioration continue des systèmes d’informations exploités dans nos deux data centres », résume-t-il. « Nous exploitons notamment PHP, Java, Perl & Powershell et intégrons des API comme CloudStack, R1Soft ou Docker. » Ce qu’il aime dans ce métier : pouvoir interagir avec du code sur des équipements physiques. « Mon poste est à la convergence du virtuel et du physique. Grâce aux outils que nous développons, les serveurs s’allument et se configurent de manière autonome, ce qui réduit les interventions sur site. Je continue d’aller sur nos data centres, mais de manière plus réduite, de l’ordre d’une fois par mois. L’évolution de nos métiers est d’aller vers de plus en plus d’automatisation et d’exploitation à distance. »


«Je travaille au cœur d’Internet»

Philippe Rauscher, technicien support DC chez Hardis Group

Passionné d’informatique depuis l’enfance, Philippe Rauscher s’est d’abord orienté vers la programmation avec un BTS d’informatique de gestion. Mais il a rapidement voulu « revenir à plus de concret », à une approche plus hardware de l’IT. Il a donc assisté des professeurs des écoles dans les classes informatiques, puis a créé sa propre boutique d’assemblage et de dépannage informatique dans la région lyonnaise. La quarantaine approchante, il cherche une nouvelle évolution de carrière, toujours proche du hardware. « Je ne cherchais pas forcément un poste dans le domaine des data centres, mais Hardis Group a été intéressé par mon profil. Outre ma connaissance du matériel, ils ont été sensibles à mes compétences en relation client, de par mon expérience d’entrepreneur. » Depuis cinq ans, il est donc technicien support. « Je prépare les interventions en amont, selon la demande des clients et j’interviens ensuite sur site. La préparation représente environ 60% de mon temps de travail. » Il réalise le câblage et l’installation des équipements. Les opérations de maintenance sont en revanche sous-traitées par contrat avec les constructeurs. « Nous encadrons toutes les opérations, car dans chaque rack il y a plusieurs clients. C’est donc à nous de veiller à ce que tout se déroule selon les procédures. C’est un métier qui réclame beaucoup de rigueur, d’autonomie et de communication.» Ce qu’il aime le plus dans son poste : « Je travaille sur du concret. Derrière ces câbles et ses équipements informatiques, il y a des services cruciaux, au cœur d’Internet.»


Les plombiers du numérique : l’insertion par l’infrastructure IT

Fondée en 2017 par l’association Impala Avenir, l’école «Les plombiers du numérique» a formé environ une centaine de techniciens DC en deux ans. Elle propose une formation de quatre mois destinée à des jeunes sans diplôme et sans expérience professionnelle, inactifs depuis plus d’un an ou bénéficiaires du RSA. « Il y a en France plus de 1 million de jeunes déscolarisés et sans qualification. Notre objectif est de leur donner un avenir dans les métiers des infrastructures numériques », résume Florian du Boÿs, président d’Impala Avenir. Le cursus de 400 heures intègre un volet technique (réseaux, électricité, climatisation, soudure fibre optique…) mais couvre aussi le «savoir être en entreprise» ainsi que les fondamentaux du secteur des data centres (principaux acteurs, normes en vigueur, règles de sécurité…). À la clé : pas de diplôme reconnu par l’État, mais une certification de compétences. Il s’agit en effet d’une formation «pré-qualifiante». Cela ne l’empêche pas de susciter un vif attrait auprès des opérateurs de data centres. « Sur 10 jeunes ayant suivi notre formation, 7 vont trouver un emploi dans les six mois », souligne Alain Le Mell, secrétaire général de la structure. Trois centres de formation dédiée aux data center sont aujourd’hui ouverts (Grigny, Seine-Saint-Denis et Roubaix) et plusieurs autres sont en projet. « Ce sont des métiers IT non délocalisables sur un secteur à fort potentiel. Nous avons donc un soutien très fort des collectivités engagées dans l’insertion des jeunes », conclut Florian du Boÿs. (Lire également l’article paru dans L’Informaticien n°160)

FIL DES DOSSIERS…

DERNIERS DOSSIERS…

Améliorer son code Python

La syntaxe de Python est très permissive. Pour uniformiser l’écriture de code, la communauté des développeurs Python recommande un certain nombre...

Vos abonnements

  • Vous n'êtes pas connecté

Derniers commentaires

Plus d’infos sur…

Inscription Newsletter