La nouvelle folie des objets anti-Covid

par | 17 11 2020 | Covid19, Mobilité

© Kinexon

Aux Etats-Unis, les objets permettant de se faire tester en permanence ont le vent en poupe. Écoles, crèches, équipes sportives, entreprises : tout le monde s’équipe massivement.

Si l’on a vu que la pandémie a eu pour effet de booster les résultats économiques des GAFAM, ils ne sont pas les seuls bénéficiaires de cette crise sanitaire d’une ampleur inégalée.

Nos confrères du New York Times révèlent aujourd’hui dans un article comme à l’habitude très documenté, la nouvelle folie des Américains pour les objets connectés liés aux tests Covid-19 et comment tout cela pourrait se transformer en un outil de surveillance massive.

C’est par exemple le cas de l’université d’Oakland qui va préparer ses étudiants à porter un appareil leur permettant de prendre leur température toutes les… minutes, soit plus de 1400 fois par jour, afin de détecter le plus rapidement possible d’éventuels signes de présence du virus, tout en sachant que la fièvre n’est pas toujours un symptôme de présence ou non de l’infection.

Dans d’autres universités ou ligues sportives, ce sont des appareils qui vérifient que les joueurs ne passent pas plus de 15 minutes à trop grande proximité d’un autre afin d’éviter la contamination.

Le marché pourrait être énorme

Toute l’Amérique se précipite désormais sur ces outils, dont les organisateurs de congrès et d’événements, lesquels y voient un moyen pour rouvrir les centres d’expositions et les conférences qui s’y déroulent.
« Tout le monde en est aux premiers stades », déclare Laura Becker, de IDC, citée par le NYT. « Si cela fonctionne, le marché pourrait être énorme parce que tout le monde veut revenir à un certain sens de la normalité

Les Américains ne sont pas les seuls dans la course aux gadgets. Une société baptisée Kinexon et basée à Munich commercialise depuis le printemps de tels trackers qui permettent de mesurer la proximité entre athlètes. La ligue américaine de football a recommandé à ses joueurs ainsi qu’aux entraîneurs et autres membres du staff de porter de tels appareils depuis le mois de septembre. Depuis cette date, cela a permis de prendre des mesures d’isolement pour plus de 140 joueurs testés positifs au Covid-19 et éviter ainsi une propagation plus importante.

Des dérives possibles

Si tout le monde loue le bien-fondé de ces appareils, ils sont tout aussi nombreux à s’alarmer des dérives possibles en matière de surveillance. D’aucuns avertissent déjà sur le risque d’imposer ces appareils pour se rendre au travail, à l’école ou encore participer à une conférence. Toutefois, les industriels, conscients que ces risques pourraient être très mauvais pour le business, sont en train de mettre en place des solutions pour restreindre l’accès et la transmission des données.

Tout ceci évolue très rapidement et pourrait contribuer à faire retrouver un semblant de vie normale à un pays qui est majoritairement opposé au confinement tel qu’il est appliqué en Europe. Dans l’attente d’un vaccin ou d’autres remèdes, continuez à appliquer les gestes barrières et la distanciation physique.

0 commentaires

À LIRE AUSSI…

Vos abonnements

  • Vous n'êtes pas connecté

Derniers commentaires

Plus d’infos sur…

Prochains événements

  1. DISRUPTIV’ SUMMIT

    23 mars - 24 mars
  2. FORUM INTERNATIONAL DE LA CYBERSÉCURITÉ

    6 avril - 8 avril
  3. READY FOR IT

    17 mai - 19 mai

Inscription Newsletter